Dernières nouvelles

Interview de notre guide Birman…

22 décembre 2017 | par Pascale Heugas
Interview de notre guide Birman…
Actualités
0

Magali de notre agence d’Annecy a choisi de nous parler de son voyage en Birmanie à travers le témoignage du guide anglophone qui les a accompagné dans la région de Kalaw et du Lac Inle en octobre dernier.

 

BIRMANIE_Interview_guide_Taw_Win_Nyein_Chan_IMG_5732(1)

Elle partage donc ici le témoignage de Taw Win Nyein Chan, 25 ans, guide local et national depuis 3 ans :

Bonjour Win (le prénom des Birmans est choisi en fonction du jour de la semaine : Taw = samedi, et selon les préconisations de l’astrologue. Notre guide se fait appeler Win)

Pouvez-vous nous parler de votre métier de guide ?

Après avoir fait des études de zoologie, j’ai souhaité être guide afin de rencontrer des personnes d’autres cultures. Je travaille avec des visiteurs français, anglais et néerlandais, entre autres. J’ai choisi ce métier car il me permet d’être « passeur » à différents niveaux

Tout d’abord, auprès des voyageurs afin de leur transmettre la culture de notre pays lors de la visite des différents sites. J’en profite pour leur parler des différentes ethnies lorsque nous sommes sur un marché par exemple, comment les différencier en fonction de la couleur de leur turban, de leur dialecte, etc. Lors des treks, je mets mes connaissances en ornithologie à disposition pour les personnes passionnées par les oiseaux

Nyaung_Shwe_Market-Inle_lake

De plus, le contact avec les visiteurs d’autres nationalités me permet de connaître une autre facette de l’actualité et de comprendre leurs interrogations en fonction de ce qui est relaté dans leur pays. A mon tour, je peux leur apporter un autre éclairage sur les événements.

Je transmets ensuite à ma famille et mes amis tout ce que j’apprends au contact des voyageurs.

Et mon rôle de guide permet aussi d’améliorer la santé des villageois.

20160606_145652

Une anecdote à ce sujet ?

Des villageois étaient surpris de voir les dents blanches des voyageurs et ils m’ont demandé comment cela était possible. Je leur ai expliqué qu’ils ne mâchent pas de noix de bétel (les Birmans mastiquent une feuille de bétel avec du tabac, ce qui colore leurs dents en rouge) et qu’ils se lavent les dents avec du dentifrice. En effet, dans de nombreux endroits, les locaux se lavent les dents avec du sel. Ils se mettent ensuite à se laver les dents et donc à avoir une meilleure hygiène.

TREKKING

D’autres motivations pour exercer votre  métier de guide ?

Oui, la polyvalence du métier : anticiper/réagir en fonction des situations, des clients, proposer et trouver des solutions. Il arrive bien sûr que je demande à l’agence locale afin de valider mes choix, cela dit, ce métier permet vraiment une grande indépendance. J’aime prendre soin des personnes que j’accompagne.

De plus, le salaire de guide + les pourboires sont une source de revenus plus importants comparé à d’autres métiers à niveau d’études égal.

U_Bein_Bridge1_-_Mandalay

Vous être guide indépendant, pour quelles raisons est-ce que vous travaillez avec notre correspondant local ?

J’apprécie vraiment de travailler avec cette agence car ils prennent soin des guides et des voyageurs. Avant l’arrivée de chaque voyageur, nous recevons un briefing avec les souhaits et spécificités de chacun. Cela me permet de m’adapter encore d’avantage et d’orienter mes journées en fonction de chacun. Il n’y a pas de routine dans mon métier, chaque jour est différent. Au-delà des réservations d’hôtels et services, cette agence joue un rôle important dans le pays en créant des programmes éducatifs et en ayant des actions locales.

PETITE_soirée_marche_peuple_by__Christopher_Michel(1)

Ce fut un grand plaisir d’échanger avec Win. A travers son humilité, j’ai ressenti en lui une grande fierté d’être birman.

Magali, La Route des Voyages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *